Retard dans le bassin d'expansion de crues

plan_gode_b1_r300Les études et la réalisation sont traitées dans le cadre du projet interreg CREZETY validé et accepté par Bruxelles. Ce projet concerne la création de bassins de rétention sur les communes de Godewaersvelde, de Boeschèpe, de Noordpeene et de Poperinghe.
Tout est prêt pour démarrer les travaux de réalisation des bassins d’expansion de crue. 

L’U.S.A.N. en charge de la réalisation du projet a obtenu les finances et les autorisations nécessaires.
La commune de Godewaersvelde a acquis les terrains concernés et les a mis à la disposition de l’U.S.A.N.
Il ne reste plus qu’à creuser et à réaliser le projet. 

Pourtant les travaux sont retardés de 6 mois à la demande d’un service de l’état pour la protection des espèces animales !
Cliquer sur la photo pour agrandir le plan.


En effet, certaines espèces (grenouilles, papillons, libellules, moustiques…) se reproduisent au printemps et ne sont adultes qu’en été. Il ne faut donc pas gêner leur multiplication par des travaux qui risquent de détruire momentanément leur habitat.

Nous n’avons pas été consultés avant d’avoir été informés de ce retard, les autres communes françaises (Noorpeene et Boeschèpe) sont dans le même cas. Par contre les règlements semblent encore une fois différents en Belgique, puisque les travaux ont commencé à Poperinge.

Nous ne faisons pas de commentaire mais regrettons amèrement que la reproduction hypothétique d’insectes passe avant la réalisation de travaux qui devaient rassurer la population, même si, comme nous l’avons déjà dit, ces bassins ne pourraient que diminuer les conséquences d’un évènement pluvieux de l’importance de celui du 23 juillet 2007.

Un autre argument est souvent mis en avant pour retarder la réalisation de travaux, ce sont les travaux agricoles : moissons.. Et on doit toujours attendre (et c’est normal) la fin des récoltes avant d’occuper les terres.
Nous précisons de suite que cet argument n’est pas valable pour Godewaersvelde, puisque les terres concernées sont en friche depuis 2 ans et qu’aucune culture n’y a été pratiquée.

Croyez qu’après tous les efforts déployés aussi bien par les Communes que par l’Union des Syndicats d’Assainissement du Nord, après les réunions internationales avec nos voisins flamands, après les dépenses effectuées, après les promesses répétées du fait du bon avancement des études, il nous est pénible de devoir vous informer de ce retard, qui, nous l’espérons ne sera pas répété.